La grâce de l’inutile

 

Chill_outTemps d’été : temps de repos, de découverte, ou de travail, c’est selon. Mais quoi qu’il arrive, temps lié aux vacances, à quelque chose d’autre, de vacant, de libre.

Me trotte dans la tête ces lignes du frère Thomas Merton : « Pourquoi ne sommes-nous pas heureux ? A cause de notre servilité – parce que nous sommes inféodés au faire, à la rentabilité. Tout est vide parce que c’est utile. Nous n’avons pas encore redécouvert l’utilité primordiale de ce qui n’est pas utile » [1] .

A l’heure où tout s’achète et tout se vend, où la performance règne en maîtresse absolue sur nos existences, où la gratuité est suspecte, ces mots du moine ont-ils encore quelques pertinences ?

Est-ce que ce serait cela, la clef de la vie, et que nous rappelle, inconsciemment, les vacances : que nous pouvons redécouvrir la force de la gratuité ?

D’une sorte d’inutilité fondamentale ? Cela ne fait-il aussi écho avec le « Sola gracia » de Martin Luther : la grâce seule ?

Qu’est-ce que la grâce, sinon l’expérience de la gratuité, de cette gratuité première et fondamentale qui nous précède et nous acquiesce ?

L’été, comme une expérience spirituelle ? Pourquoi pas !

Alors bon été à vous tous, dans la Paix de la Grâce !

 

 

[1] In Réflexions d’un spectateur coupable, Albin Michel, 1970, p. 351

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>