Un éclat de la lumière de Noël au coeur de l’hiver

 

Un conte d’après-Noël

Couronne aventLes derniers sapins de Noël partent pour la déchetterie. Les jours rallongent, la vague de froid s’installe, vive et piquante pour ceux qui aiment, fatigante pour les autres. L’épiphanie est passée aussi. Les galettes sont mangées. Si vous n’avez pas eu la fève, trop tard ! Retentez votre chance l’année prochaine ! Le quotidien a repris ses droits.

A Bethléem, l’étable est vide. La mangeoire a retrouvé son usage premier. Il subsiste, après un examen minutieux, quelques traces indiquant qu’une famille a vécu là provisoirement. Rien d’étonnant, avec tous les gens qui étaient sur la route, à cause du recensement ordonné par l’empereur Auguste. Autour de la masure, toutefois, des restes de feux, bien visibles, prouvent qu’une foule inhabituelle a campé en ces lieux. Mais de là à croire toutes les histoires que les bergers racontent ! Car évidemment, aucune trace d’un ange, de mages ou d’un quelconque roi des juifs !

Marie et Joseph se sont reposés quelques temps après la naissance de leur enfant. Ils ont reçu de très nombreuses visites, toutes sortes de gens, de plus ou moins bonne compagnie, discrets ou expansifs, émus, reconnaissants, joyeux, stupéfaits, songeurs, extasiés, pressés, sceptiques, agités, parfois un peu dérangés. Il y avait aussi ces trois hommes richement vêtus, des lettrés à l’accent étrange, semblant venir des confins du monde. Plus surprenant encore, leurs présents, que Marie et Joseph ont, par la suite, préféré cacher à la curiosité des regards.

Mais tout cela est fini. La foule s’est retirée. Les mages sont rentrés dans leurs pays, sans retourner vers Hérode. Le vieux roi, lui, ne dort pas très bien ; il refait sans cesse le même rêve, dans lequel il fouille son palais à la recherche de quelque chose, mais il ne sait pas quoi. Il a laissé passé sa chance. En voilà un qui, s’il a toujours sa couronne, n’aura pas eu la fève !

Finalement, Marie et Joseph sont partis aussi, emportant leur enfant. Il leur tardait de rentrer et ils n’avaient plus rien à faire ici.

Les jours s’allongent, l’hiver s’installe. Il faudra encore longtemps pour que l’enfant devienne celui qu’il doit être. Le quotidien a repris ses droits. Que reste-t-il alors ? Une petite lumière, dans les cœurs. Et pour ceux qui veulent l’entendre, une histoire étrange, laissée par des bergers.

 

 

Pour nous remémorer les belles fêtes de Noël passées à Saint-Jean :

Allumage couronne avent

Saynette

JFBreyne conteEnfantsEnfants baptême

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>